Tiboo
Grossesse : Guide grossesse . Agenda . Prénoms | Bébé : Guide bébé . Agenda . Santé | 2-7 ans : Ecole . Tibooparc
Club . Profil . TChat . Forum . Blog | Services : Annonces . Cartes voeux . Recettes | Boutique . Météo . Mobile . Programme Télé
auFeminin.com
santé

santé
Activités
Alimentation
Vie Pratique
Interactif

Nos réponses à vos questions...

Rechercher


[an error occurred while processing this directive]
{short description of image}
Accueil>Santé>Allergies alimentaires  

LES ALLERGIES ALIMENTAIRES

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous écrire au sujet des allergies alimentaires. Les petits problèmes qu'elles occasionnent peuvent rendre la vie quotidienne insupportable et les repas problématiques. Nous avons donc interviewé une charmante diététicienne afin de faire le point sur ces allergies et répondre aux questions les plus courantes à leur sujet...

Entretien avec Aurélie, diététicienne à Lille (59)

Qu'est-ce qu'une allergie alimentaire?
"L'allergie alimentaire entraîne une réaction du système immunitaire déclenchée par la consommation d'un aliment ou d'un additif alimentaire. Il ne suffit quelquefois que d'une petite quantité de l'aliment ou de l'additif pour provoquer la réaction. Celle-ci peut aussi survenir très soudainement et entraîner des conséquences graves, au point de mettre la vie en danger. Cette violente réaction porte le nom de choc anaphylactique (réaction allergique grave susceptible d'entraîner la mort en l'absence de traitement).

Il arrive souvent qu'un enfant doive manger un aliment plus d'une fois avant que les parents ne décèlent l'allergie. Par exemple, si un enfant est allergique aux noix, il n'aura probablement aucune réaction la première fois qu'il en mangera. Mais s'il développe une allergie à cet aliment, les ingestions subséquentes peuvent être graves, voire fatales. La première réaction allergique est en fait un signal d'avertissement. Cela vaut pour les noix et pour de nombreuses autres substances très allergènes."

Qui est-à risque?
" Les allergies alimentaires peuvent apparaître à n'importe quel âge mais les vraies allergies alimentaires sont plus courantes chez le nourrisson et le jeune enfant car elles sont liées au développement lent des tissus des muqueuses chez les tout-petits. A mesure que l'enfant grandit, la membrane des muqueuses se développe et peut permettre à l'enfant de vaincre son allergie. La fréquence de ce type d'allergies diminue avec l'âge.
Les enfants dont les parents ont des antécédents d'allergies alimentaires ont tendance à avoir plus d'allergies. Chez les jeunes enfants, les aliments qui le plus souvent causent des allergies sont le lait, les oeufs, le blé et les arachides. Chez les enfants plus âgés et chez les adultes, les allergies les plus courantes sont dues aux arachides et aux crustacés.
Environ 1% des adultes souffrent d'allergies alimentaires. Un allergologue a découvert que sur 23 personnes qui pensaient souffrir d'allergies alimentaires, seulement 4 en étaient vraiment atteintes. "

Sont-elles irréversibles ?
"Les enfants qui souffrent d'allergies alimentaires devraient être réévalués périodiquement. En grandissant, leurs allergies peuvent disparaître ne nécessitant plus de régime adapté, surtout si celles-ci se manifestent avant l'âge de trois ans. Cependant, certaines allergies, aux noix et au poisson par exemple, ont peu de chance de disparaître."

Qu'est-ce qu'une allergie croisée ?
"L'allergie croisée la plus fréquente associe une allergie aux pollens d'arbre (bouleau, noisetier, aune, charme) et une allergie alimentaire à certains fruits et légumes.
- Bouleau et pomme, plus rarement pêche, abricot, cerise.
- Bouleau, armoise avec pomme, carotte et pomme de terre.
- Pollens de graminés avec tomate et/ou cacahuète.
- Le lupin (lupinus albus) récemment proposé comme additif de la farine de blé. Allergie croisée arachide-lupin.
- Latex avec banane, chataigne, kiwi ou avocat."

Quelles sont les allergies les plus fréquentes ?
"Les allergènes supposés être les plus fréquents sont : l'arachide, les œufs, les poissons, les protéines de lait de vache, le soja, les crevettes et autres crustacés, le céleri et autres ombellifères, la farine de blé et le seigle, les fruits (dont l'orange, la pomme, le kiwi et la banane), la levure de bière et de boulanger, les noisettes et les noix, la tomate. "

Quelles sont les allergies les plus dangereuses  ?
"Six allergènes sont supposés être à la fois plus fréquents et les plus graves : l'arachide, les crevettes, le lait, les œufs, les poissons et le soja.
L'allergie alimentaire correspond à une symptomatologie clinique variée. La liste des manifestations est très longue.
On peut citer : les manifestations mettant en cause le pronostic vital comme les chocs anaphylactiques (parfois mortels), certaines crises d'asthme et certains oedèmes de Quincke graves, mais aussi l'urticaire et la dermatite atopique (eczéma du nourrisson), la rhinite et l'asthme plus banal, l'œdème des lèvres, le prurit (démangeaisons, sorte d'eczéma, d'urticaire)de la cavité buccale, l'aphtose (aphtes), les douleurs abdominales, la diarrhée et les vomissements."

Pourquoi ces aliments provoquent-ils des allergies ?
"Pour des raisons encore inconnues, le système de défense de la personne souffrant d'allergies considère menaçantes des substances qui sont inoffensives. Donc, il y a activation du système de défense lors de la première exposition à l'allergène, par exemple lors de l'ingestion de l'aliment en cause.
Cette étape, qu'on appelle sensibilisation, se développe plus ou moins rapidement chez l'individu sensible et dépend de plusieurs facteurs : son bagage héréditaire, son âge au moment de l'exposition, la quantité d'aliments ingérée…
Elle donne lieu à une production d'anticorps particuliers, appelés Immunoglobulines de type E (IgE). Une fois formés, ceux-ci ont la propriété spécifique d'aller se fixer à la surface des mastocytes, cellules situées sur la paroi des muqueuses et qui contiennent ou fabriquent les médiateurs de l'allergie.
Après la sensibilisation, s'il y a une seconde exposition à l'aliment allergène, ce dernier réagira avec les anticorps spécifiques aux IgE présents à la surface des mastocytes des muqueuses. Cette réaction antigène-anticorps entraînera, à l'intérieur de la cellule, de nombreuses réactions biochimiques conduisant à la libération de médiateurs. Certains sont libérés dans les minutes qui suivent le contact et sont responsables de symptômes immédiats, alors que d'autres sont fabriqués par les cellules et entraîneront une réponse inflammatoire importante ; les symptômes peuvent persister pendant des heures et des jours après le contact. "

Peut-on s'assurer qu'il n'y ait pas d'aliments allergéniques dans les petits pots et les plats préparés pour enfants ?
"Pour éviter toute réaction alimentaire, il faut reconnaître les aliments à risque. Pour cela, il faut être attentif aux étiquettes ou lire la liste d'ingrédients présente sur les emballages des produits alimentaires. De toutes façons, le risque de retrouver votre allergène dans l'aliment est réduit, mais non absent. Il ne faut pas hésiter à demander aux responsables des établissements du secteur alimentaire quels sont les ingrédients utilisés dans les préparations des mets; ils ont la responsabilité d'informer les clients qui en font la demande."

Le lait de substitution convient-il à un enfant allergique au lait de vache ?
"Il existe plusieurs substituts au lait de vache. Mais plutôt que d'en choisir un par vous-même, demandez conseil à votre pédiatre !

- tout d'abord, le lait maternel reste le meilleur aliment pour votre enfant. Il est donc conseillé d'allaiter si possible et le plus longtemps possible.

- ensuite, il y a les laits hypoallergéniques, dits laits " H.A ", dans lesquels une hydrolyse partielle des protéines diminue leurs propriétés allergisantes. Leur utilisation exclusive durant les 4 premiers mois de la vie réduit, dans les familles à risque, l'incidence des intolérances aux protéines du lait de vache et de l'eczéma atopique. On les propose aussi en complément de l'allaitement maternel quand une supplémentation très temporaire s'avère nécessaire, pour éviter les accidents allergiques de type I au moment du sevrage.
Les différentes marques de laits hypoallergéniques sont : Alma HA, Aptamil HA, Guigoz HA, Nidal HA, Enfamil HA, Gallia HA, Milumel hypoantigènique.

- il existe aussi des substituts du lait à base d'hydrolysats de protéines dans lesquels l'hydrolyse beaucoup plus poussée des protéines aboutit à des peptides (nombre restreint d'acides aminés) de petit poids moléculaire, ce qui distingue ces substituts des laits hypoallergéniques.
Ils sont pour la plupart dépourvus de lactose et réservés à des indications thérapeutiques très précises : intolérance aux protéines du lait de vache, réalimentation après diarrhées graves ou survenant avant l'âge de 3 mois, excisions étendues du grêle...
Parmi ces produits, on peut citer l'Alfare, le Galliagène Progress, le Nutramigen, le Pepti-junior, le Prégestimil, le Prégomine.

- les préparations à base de soja sont très utilisées en Amérique du Nord avec l'argument très discutable d'un risque allergique moindre que les laits d'origine bovine, elles sont peu utilisées en France. Elles répondent également au désir tout aussi discutable de certaines mères de limiter les produits d'origine animale, en particulier bovine.
Grâce à des exigences règlementaires spécifiques (teneurs garanties en méthionine, carnitine, fer, zinc, vitamine D, etc.), les préparations pour nourrissons et les préparations de suite aujourd'hui commercialisées (Modilac-soja, Prosobée, Gallia-soja, Végélact, Végébaby, Nutrilon-soja) répondent indiscutablement aux besoins nutritionnels du nourrisson et de l'enfant en bas-âge.
Le risque serait de croire qu'il en est de même de tous les " faux laitages " à base de soja commercialisés dans les grandes surfaces qui exposent à des carences s'ils sont utilisés chez le jeune enfant comme substituts du lait et des laitages.

En cas d'allergie au lait de vache, il est recommandé de ne pas utiliser les préparations à base de soja, les allergies croisées ne semblant pas rares. Le lait de chèvre est souvent utilisé pour remplacer le lait de vache. Cependant, les composantes du lait de chèvre, comme celles de tout autre animal produisant du lait mammaire, sont similaires à celles du lait de vache et peuvent parfois provoquer des réactions allergiques."

Si un enfant est allergique au lait de vache, où trouver le calcium nécessaire à sa croissance ?
"Il existe des fromages de brebis et de chèvre plus gras que ceux de vache. On distingue les fromages à moisissures internes tel que le roquefort (lait de brebis) et les fromages à croûte naturelle fabriqués avec du lait de chèvre (chabichou, crottin de Chavignol, Saint-Marcelin, Sainte-Maure) ou avec du lait de brebis (bruccio). Le roquefort contient 700mg de calcium pour 100g. Le lait de brebis en contient 230mg, et le lait de chèvre 146mg (comme le lait maternel)."



Copyright tiboo.com © 2000-2003